Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2015

Je suis Charlie

charlie.jpg

19/12/2014

Etude de cas

La chaîne Kinepolis (que le public n'entend pas, pour l'instant, dans ce scandale qu'est l'attribution du monopole de distribution cinématographique pour la ville de Metz et sa région), commence à remuer un peu en achetant des encarts publicitaires dans le journal local .

Voyez cette vidéo publicitaire qui présente exactement les mêmes arguments que la publicité "papier":

Petite analyse de ce que représente le cinéma pour Kinepolis.

Un titre: Pour vous, nous réinventons le cinéma. C'est par une confusion linguistique qu'on attire le chaland: le cinéma, cela peut être la salle de cinéma comme cela peut être le cinéma lui-même, c'est-à-dire le film. Kinepolis ne peut pas réinventer le cinéma (qui se porte très bien sans lui), mais à la rigueur les conditions de confort de ses salles - et, passant, le pouvoir exorbitant de privilégier des films au détriment d'autres en exerçant un monopole-.

Des arguments:

Nous avons créé la place réservée au cinéma et nous avons fait disparaître les files d'attente. Soit, les caisses sont automatiques, il suffit de passer sa carte bleue, débitée aussitôt de 11€. Cependant, il aura fallu garer sa voiture (indispensable pour arriver jusque là), peut-être faire face aux embouteillages, au moins aux embarras de la circulation.

Nous cuisinons chaque jour un vrai pop-corn maison. Boum! Ça c'est imparable! Ce n'est pas encore bio, mais ça viendra. Mais pourquoi ne pas respecter ceux qui, comme moi, ne supportent pas un voisin qui mâche, fait des bruits de déglutition, s'abreuve goulûment. Comment un tel argument peut prétendre participer à une réinvention du cinéma?

Nous avons conçu des fauteuils plus grands, plus larges, plus confortables et équipés de doubles accoudoirs. Alors là je dis bravo! Ça justifie pleinement le prix de la séance. Mais remarquez, j'aurais pu rester chez moi devant mon écran plat 117cm et un film en vidéo à la demande. Seul, c'est quand même mieux pour des sensations encore plus fortes. Pourquoi continuer à aller au cinéma?

Nous avons doté nos salles de systèmes de son et d'image d'une qualité exceptionnelle. Voilà la réponse! Bien sûr, c'est indéniable, la qualité visuelle et sonore est là. Une qualité au service d'un certain cinéma, celui des blockbusters, des montages à un plan toutes les deux secondes, des explosions et de la violence visuelle et sonore, un cinéma, effectivement, encore plus fort en sensations. Cette surenchère, c'est également celle du déraisonnable développement commercial des périphéries, de ce massacre perpétuel des enseignes entre elles. Cette surenchère détruit plus qu'elle ne construit. Elle est opposée au sensible, à la nuance et à l'éducation. Elle est opposée à une culture du cinéma.

Là se pose un choix de société. Le monopole, a déclaré Jean-Marie Straub (qui fait du cinéma qu'on ne verra jamais à Kinepolis), c'est le début de la barbarie.

Si l'on accepte le monopole de la distribution cinématographique, c'est comme si l'on donnait à une seule chaîne de supermarché toute la distribution des biens de consommation, c'est comme si l'on n'avait qu'une seule librairie dans la ville, c'est comme si l'on n'avait qu'un seul parti politique.

C'est comme s'il n'y avait qu'un seul livre à lire, toujours le même.

07/12/2014

L'avenir du cinéma à Metz

Signez la pétition contre la fermeture du cinéma Caméo-Ariel de Metz et l'attribution d'un monopole du cinéma à Metz.

La municipalité de Metz et les élus de l'agglomération Metz-Métropole ont décidé d'offrir à un seul opérateur, la chaîne Kinepolis, le monopole de la distribution cinématographique pour la ville et son agglomération, dans un rayon de plus de 25 km (mis à part les deux salles associatives de Marly et Ars sur Moselle qui ne tarderont pas à être mal en point).
Kinepolis se voit ainsi offrir, sur un plateau, la construction et l'ouverture d'un multiplexe dans le nouveau (hénaurme!) centre commercial de périphérie, la Wave (gare aux anglicismes!), un autre multiplexe dans le quartier de l'Amphithéâtre (centre commercial Muse à proximité du Centre Pompidou-Metz), mais également, en centre-ville, avec la fermeture programmée du cinéma Caméo-Ariel (4 salles art et essai) et l'attribution du cinéma Palace, actuellement cinéma généraliste (tarif plein: 7,50€). Tout cela pour dans deux ans.

Kinepolis, pour qui ne le sait pas, c'est déjà depuis 1995 un multiplexe de 14 salles (plus de 4 000 fauteuils) en périphérie de la ville: parking, pop corn, tarif plein 11 €, blockbusters.

Un cauchemar? Un roman d'anticipation?
Que nenni! Les arguments de la Mairie sont les suivants:
- les deux cinémas de centre ville (Caméo et Palace, dont la ville est propriétaire des murs) doivent être rénovés.
- il existe un fort potentiel en terme de public à Metz et son bassin et ce potentiel n'est pas exploité (la Mairie estime qu'il y a un déficit de 800 000 spectateurs dans l'agglomération, se plaçant ainsi en juge de l'activité commerciale cinématographique).
- il n'y a plus d'argent car c'est la crise, donc on ferme et on donne au mieux-disant "commercial".

Le cinéma vendu à l'encan, c'est bien cela qui se passe, liquidé, balayé: ce sont les faits (la CDAC, commission départementale, vient d'entériner la décision, semble-t-il -parce qu'il n'y a pas beaucoup d'informations objectives-).

Les promesses à présent: toutes les associations messines s'occupant de cinéma et d'éducation à l'image (et même quelques autres qui ne sont pas vraiment des associations et qui ne sont pas vraiment messines -il faut du renfort pour faire passer la pilule-) sont invitées à élaborer ensemble un projet pour le futur cinéma Palace, au centre-ville. Toutes sont donc invitées à discuter avec Kinepolis qui promet (mais on ne l'a pas encore entendu) -dixit l'élu adjoint à la culture- de faire dans ce cinéma de l'art et essai et de l'éducation à l'image.
Objection: si Kinepolis savait faire de l'art et essai et surtout de l'éducation à l'image, cela se saurait, non?

Dans son essai "Esquisse d'une psychologie du cinéma", en 1946, André Malraux terminait par cette phrase célèbre: Par ailleurs, le cinéma est une industrie.
Cette chute prend à rebours tout son texte qui est un plaidoyer pour la valeur et la puissance artistique du cinéma.
Il semble que nos élus n'ont lu que la dernière phrase. Je les invite à lire tout le texte (qu'on trouve en salle de lecture de la Médiathèque de la ville, dans son édition originale).